Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 14:31

Ernest hemingway

 (1899 – 1961)

 

 

 

Il appartient à ce que l’on nome la génération perdue, la génération des américains plongés dans les horreurs de la 1ère guerre mondiale dont ils reviennent désabusés.

Il vient d’une famille bourgeoise et puritaine. De son enfance il conserve et retranscrit les étés heureux qu’il passe à jouer comme un sauvageon dans la maison de campagne.

Il déroge à la carrière toute tracée de ses parents et devient journaliste. Il ne participe pas à la guerre pour des raisons de santé mais rejoint la Croix Rouge sur le front italien où il est blessé. Il est éconduit par une infirmière dont il tombe amoureux. Elle sert au portrait de Catherine Barkley dans « L’adieu aux armes ».

En 1921 il s’installe à Paris et commence à écrire. C’est la toile de fond du roman « Paris est une fête ». Son 1er recueil en 1925 passe inaperçu. Un an plus tard « Le soleil se lève aussi » est un best seller.

Dans « L’adieu aux armes » en 1927, il aborde enfin le sujet de la guerre qui l’a tellement bouleversée.

Il s’installe à La Havane à Cuba. Il semble détaché du monde et se consacre essentiellement à la pêche à l’espadon. Mais il se rend compte qu’on ne peut pas vivre ainsi isolé du monde. C’est la leçon de « En avoir ou pas » paru en 1937.

Il sort finalement de son isolement au moment de la guerre civile espagnole et couvre l’évènement. Il en tire le sujet de « Pour qui sonne le glas », une aventure passionnante, exaltante, une tragédie sure le destin de l’homme.

Pendant la seconde guerre mondiale, il patrouille dans la mer des Antilles à la chasse au sous-marin allemand, puis il prend part au débarquement de Normandie comme correspondant de guerre. Il suit et parfois devance les troupe sur le chemin de Paris puis de l’Allemagne.

En 1952, il publie « Le vieil homme et la mer ». C’est pour ainsi dire son chant du cygne. Le roman est salué comme un chef d’œuvre et lui vaut le prix Nobel de littérature en 1954.

Il quitte Cuba pour les Etats-Unis. Cela ne se voit pas mais il est diminué . Il se suicide d’un coup de fusil en 1961.

 

 

 

L'histoire raconte la mission d'un jeune américain, Robert Jordan, engagé dans les Brigades Internationales, qui est envoyé en Castille sous les ordres du général Golz pour permettre à ses troupes de lancer une attaque sur les troupes franquistes, il doit pour cela faire sauter un pont pour leur couper la route.

Pour y arriver, Robert Jordan va rejoindre un groupe de résistants, réfugiés dans les montagnes pour se cacher des troupes ennemies et tenter d’aider les troupes militaires des Brigades Internationales.

Robert Jordan va partager le quotidien de ces résistants tout en cherchant le moyen de faire sauter ce pont. Il sera aidé par les résistants qui deviendront ses amis, Robert Jordan tombera éperdument amoureux d’une jeune fille nommée Maria, qui a été recueillie par le groupe de résistants républicains après avoir été détenue et violée par les nationalistes. Ils devront surmonter beaucoup d’épreuves pour arriver à leurs fins, leur parcours sera semé d’embûches. Finalement, il devra les abandonner dans la montagne après que le pont ait sauté suite à une blessure qui l’empêche de continuer. Il attendra les troupes ennemies pour les combattre jusqu'à sa mort. C'est une ode au peuple espagnol tel qu'a pu le voir Hemingway montrant les différences entre le mode de pensée anglo-saxon et le sens du destin des espagnols.

 

 

 

Miss Stein et moi étions encore bons amis lorsqu'elle fit sa remarque sur la génération perdue. Elle avait eu des ennuis avec l'allumage de la vieille Ford T qu'elle conduisait, et le jeune homme qui travaillait au garage et s'occupait de sa voiture - un conscrit de 1918 - n'avait pas pu faire le nécessaire, ou n'avait pas voulu réparer en priorité la Ford de Miss Stein. De toute façon, il n'avait pas été sérieux et le patron l'avait sévèrement réprimandé après que Miss Stein eut manifesté son mécontentement. Le patron avait dit à son employé : "Vous êtes tous une génération perdue". C'est ce que vous êtes. C'est ce que vous êtes tous, dit Miss Stein. Vous autres, jeunes gens qui avez fait la guerre, vous êtes tous une génération perdue.

Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux et pauvre pêcheur cubain, et Manolin, un jeune garçon , qui malgré les événements récents croit toujours au vieil homme.

Santiago n'a attrapé aucun gros poisson depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est malchanceux, interdisent à leur fils d'embarquer avec le vieil homme et le forcent à aller pêcher sur un autre bateau. En effet ce dernier ramène trois grosses prises en une semaine!

Laissant son jeune ami Manolin, le seul qui pourtant croit toujours en lui, le vieil homme décide de partir en mer, en quête de la prise qui lui vaudra à nouveau l'estime de ses pairs.

Loin des côtes, sa ligne se tend enfin. La chance semble tourner.  Fort de son expérience, Santiago réalise très vite qu'il s'agit là d'une prise hors du commun. Quel est donc ce poisson qu'il n'a pas encore vu ? Toute la nuit, il se laisse entraîner dans l'espoir de l'épuiser.

Le lendemain matin, le poisson remonte enfin à la surface.  Il s'agit d'un gigantesque espadon, tel qu'il n'en a jamais vu. Celui-ci, comme pour le provoquer jaillit devant lui dans toute sa splendeur. Puis il replonge aussitôt comme s'il n'était venu que pour le défier.

L'espadon est tellement fort qu'il entraîne la chaloupe du vieil homme loin des côtes et le pêcheur ne peut qu'attendre et espérer.

La bataille sera longue. Santiago sortira vainqueur de cette lutte épuisante, mais constatera, hélas à son retour à terre que les requins ne lui ont laissé que la carcasse de sa magnifique prise.

L'Italie, pendant la Première Guerre mondiale. Frederick Henry , un Américain , s'est engagé dans l'armée italienne par goût pour le risque. Le bruit des canons est loin, et le jeune homme a le temps de flâner à travers la péninsule. Il rencontre une infirmière anglaise qu'il feint d'aimer. Mais très vite, les événements s'accélèrent. Il est blessé, revoit son infirmière, une complicité naît entre eux, il tombe amoureux d'elle. Il décide de déserter le front, et se voit contraint de mener une vie de marginal.

Harry Morgan est un américain vivant à Cuba avant la prise du pouvoir par Fidel Castro . Il vit avec une prostituée et gagne sa vie en organisant des croisières de pêche pour les touristes. Un de ses clients, Johnson, le quitte sans rien lui régler de la location de son bateau ni de la perte de tout un attirail de pêche. Plus tard il accepte de passer 12 Chinois mais tue le commanditaire de l'opération, Mr Sing, et débarque les Chinois. Il ajoute alors à ses nouvelles activités criminelles le passage de clandestins vers les Etats Unis . Sa vie s'achève lorsqu'il est pris et tué par les révolutionnaires cubains.

Vous trouverez aussi :

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gilles barba - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :