Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 11:12

En janvier dernier j’ai participé à une formation organisée par la Bibliothèque Départementale sur le thème " Animer une petite bibliothèque ". Parmi le foisonnement d’idées pour inciter à la lecture quelqu’un proposait de créer des bouquets de livres. Une façon originale d’associer et de faire découvrir des livres. Pour cela, j’imagine qu’il faut trouver un peu de cohérence à tout cela, que cela ait un minimum de sens !

L’association de " Johnny s’en va-t-en guerre " de Dalton Trumbo et du " Toubib " de Jean Freustié est une association facile sur le thème de la guerre et de ses horreurs.

Tous les deux sont surtout célèbres par leurs adaptations cinématographiques, d’abord celle de Dalton Trumbo lui même en 1971 ensuite celle de Granier-Deferre en 1977 avec le couple Alain Delon/Véronique Jannot.

 

 

 

 

" Johnny got his gun " est un livre anti-militariste qui met en scène la violence et l’absurdité de la guerre mais surtout l’acharnement médical. Médecins et chirurgiens ne trouvent-ils pas dans cette boucherie un terrain d’expérimentation privilégié ? Certes la grande guerre est épouvantable, il faut réparer les corps mutilés mais les pratiques médicales procurent un profond malaise d’ailleurs toujours d’actualité lorsqu’on aborde la question de l’euthanasie.

Joe Bonham est un jeune Américain plein d'enthousiasme qui décide de s'engager pour aller combattre sur le front pendant la première guerre mondiale. Au cours d'une mission de reconnaissance, il est gravement blessé par un obus et perd ses quatre membres ainsi que la parole, la vue, l'ouïe et l'odorat. Allongé sur son lit d'hôpital, il se remémore son passé et essaie de deviner le monde qui l'entoure à l'aide de la seule possibilité qui lui reste : la sensibilité de la peau de son torse. Une infirmière particulièrement dévouée l'aide à retrouver un lien avec le monde extérieur. Lorsque le personnel médical comprend que son âme et son être sont intacts sous ce corps en apparence décédé, ils doivent prendre une décision médicale selon les valeurs et les croyances de l'époque.

 

 

 

Sous le titre de "Harmonie ou les horreurs de la guerre " Jean Freustié proposait lui aussi une vision des atrocités de la guerre au travers du quotidien du lieutenant Walter, chargé de réanimation, et d’une infirmière dans un hôpital de campagne.

 

Toute une nuit nous les voyons lutter, côte à côte, contre la souffrance et l’agonie, faire face aux situations les plus désespérées, avec une " conscience de mécaniciens attentifs aux signaux ", une nuit de cauchemar et d’absurdité.

 

Au matin, Walter et Harmonie partent dans la campagne. C’est l’été, la nature est belle. Ils marchent, se baignent et s’aiment. Un moment d’amour et d’oubli au milieu de cruautés.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilles barba - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :