Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 16:35

La littérature policière a mis en scène de nombreux détectives qui sont devenus célèbres. C’est le cas de Sherlock Holmes, personnage mythique qui défraye l’édition avec de nombreux plagiats, pastiches et autres parodies littéraires et cinématographiques.

Sherlock Holmes a été créé par Sir Arthur Conan Doyle en 1887. Il est le héro de 4 romans et de 56 nouvelles qui appartiennent au registre du roman à énigme ou « whodunit », tiré de l’expression anglaise « who done it ? » qui signifie « qui a tué ? ». C’est une structure romanesque qui repose sur l’élucidation d’un mystère, d’un crime…par le biais d’une enquête menée par un détective qui fait preuve d’observation et de déduction.

 

Sherlock Holmes est parfaitement reconnaissable à son allure générale : costume de tweed, redingote ou robe de chambre et à sa pipe. Son visage étroit, son front large, ses cheveux noirs, ses sourcils sombres et épais, son nez fin, ses lèvres minces et fermes, ses yeux gris, vifs et perçants, lui donnent un regard introspectif.

Il n’est pas que cérébral puisqu’il pratique le baritsu, la boxe anglaise, l’escrime, la canne, la pêche à la ligne, le golf et la natation. C’est aussi un mélomane qui pratique volontiers le violon. Du côté obscur, il faut bien lui reconnaître des pratiques addictives : cocaïne et morphine. Du pain béni pour les parodistes !

 

 

Du point de vue de la personnalité, il semble froid, sans émotions, une véritable machine à raisonner. Il place par-dessus tout la précision et la concentration de la pensée. Imbu de lui même, il est orgueilleux et accorde de l’importance à sa réputation. S’il s’intéresse à une affaire c’est pour voir triompher la justice.

A part Watson il n’a pas d’ami et n’encourage pas vraiment les visiteurs. Il montre de la réticence à nouer des relations et préfère vivre dans la solitude et l’isolement. Il fait preuve d’insouciance et d’une veine mi-cynique, mi-humoristique. Sherlock Holmes résout les mystères par un processus en 3 étapes : observations des indices, l’induction et la synthèse logique.

 

 

 

 

 

Sherlock Holmes est donc devenu un personnage de légende au point qu’aujourd’hui encore il fait l’objet d’une véritable passion. De nombreuses études lui sont consacrées et ses aventures sont facilement transposées au cinéma et à la télévision. Ce que l’on appelle l’holmésologie, ou études holmésiennes, a pour but de retracer la vie et l’œuvre du détective à partir des écrits du Docteur Watson, ami et hagiographe du détective.

 

 

 

 

                                                                                                                                                                D'autres ouvrages, des apocryphes, visent quant à eux à rendre hommage plus qu’à pasticher l’auteur. Leur qualité littéraire est très variable. Certains sont des copîes conformes de Conan Doyle lui même, d’autres, plus loufoques s’écartent volontiers de l’original ou reprennent des personnages secondaires. C’est le cas de « La vie privée de Sherlock Holmes » de Michael et Mollie Hardwick. Le principe de la parodie consiste à dévoiler l’intimité du héro dont chacun connaît un plus ou moins les aventures. Cela répond d’une certaine manière au besoin d’en savoir plus sur le personnage en révélant des détails croustillants sur sa sexualité, ses relations avec Watson, ses vices cachés…

 



Pour finir, c’est à partir de 1982 que René Réouven commence à explorer, pour le plus grand ravissement des holmésiens de tous poils, l’univers du plus grand détective de tous les temps : Sherlock HOLMES. Il pastiche à cette occasion, avec une pertinence rare, le canon de Sir Arthur Conan Doyle, et donne notamment, dans « L’assassin du boulevard », sa propre explication au « grand hiatus » : «  Ce qui est passionnant dans les Sherlock Holmes, c’est surtout, à mon avis l’atmosphère qui baigne chacune de ses enquêtes. Il y a toujours un appel, quelqu’un qui appelle au secours, parfois des femmes qui sont des créatures plus vulnérables, des jeunes filles dont une bonne moitié se prénomment Violet, ce qui était d’ailleurs le prénom de la mère de Conan Doyle. Puis il y a le départ, et très souvent la veillée : Sherlock Holmes et Watson sont à l’affut ; c’est presque un roman initiatique de chasse, une aventure de Sherlock Holmes. Il y a l’appel, la veillée, il y a la capture ou la poursuite. Dans l’atmosphère du Londres à la fin du siècle dernier : c’est tout à fait passionnant ! Par ailleurs, Sherlock Holmes est accompagné d’un contexte qui me fascine, c’est à dire le brouillard, la pluie et une sorte de romantisme purement britannique qui me passionne ! » [Préface de R. Réouven aux « Histoires extraordinaires de Sherlock Holmes »]. Avec «Le Détective volé», Holmes se surpasse: il enquête sur le chevalier Dupin, le personnage d'Edgar Allan Poe, puis lève le mystère sur la mort mystérieuse de Poe lui-même.


Partager cet article

Repost 0
Published by gilles barba - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :