Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 07:51

Mardi 26 Juin, 20h00, la classe de Mme Martin donnait sa seule et unique représentation de « Charlie et la chocolaterie » d’après Roald Dahl. Pari osé, pari tenu. Félicitations aux jeunes, évidemment, et à celles et ceux qui ont accompagné ce projet pédagogique : mise en scène, costumes, décors, régie…

« Charlie et la chocolaterie » est un classique de la littérature jeunesse de langue anglaise. L’adaptation cinématographique de Tim Burton avec Johnny Depp (qui avait déjà co-produit « James et la pêche géante – un film d’animation) a contribué à le vulgariser dans l’hexagone. Dvd et livres ont été des succès.

 

Pour ce qui me concerne, c’est la version de Mel Stuart avec Gene Wilder, à l’affiche en 1971, qui m’avait sensibilisé à cette aventure. Je l’ai d’ailleurs revisionné quelques instants avant le spectacle.

Ce spectacle me donne l’occasion de présenter une courte bibliographie de l’auteur, accessible en bibliothèque. Ces livres sont classés dans le secteur jeunesse, ils s’adressent pourtant aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

 

Roald Dahl (1916-1990) a une vie mouvementée. D’origine norvégienne, ses parents s’installent au pays de Galle. A l’âge de 3 ans il a déjà perdu son père et sa sœur aînée. A 17 ans, il embauche dans une compagnie pétrolière en Afrique. Il s’engage dans l’aviation pendant la seconde guerre mondiale et combat héroïquement.

C’est à partir de 1942-43 qu’il commence à publier, « les gremlins » d’abord – célèbre au cinéma dans l’adaptation de Joe Dante – puis des nouvelles dont certaines seront adaptées pour la télévision par Alfred Hitchcock. En 1967, il signe le scénario d’un James Bond, « On ne vit que 2 fois ».

« Charlie et la chocolaterie » est publié en 1964. Willy Wonca a fermé son usine aux ouvriers et aux curieux. Pourtant ses confiseries restent sans comparaison et déchaînent les gourmandises. Au moment de passer la main, il décide d’organiser un concours et de tester des enfants au cours d’une visite d’entreprise afin de choisir son héritier.

A l’exception de Charlie, un garçon miséreux mais pétri de qualités humaines, Augustus Gloop, Veruca Salt, Violet Beauregard et Mike Teavee sont des gamins mal élevés : gourmand, tyrannique, ruminant et obsessionnel (un regard sociologique pas très encourageant !). C’est ainsi que les enfants découvrent avec leurs parents les secrets de fabrication de Willy Wonka, les ouvriers Oompa Loompas et se goinfrent des gourmandises les plus sophistiquées.

Cette visite est l’occasion pour Roald Dahl de croquer quelques scènes fantastiques, humoristiques, cocasses, grotesques. Il crée un univers imaginaire et poétique, surréaliste. Mais ces pages ne manquent pas non plus d’une certaine morale. Les Oompa Loompas se lancent régulièrement dans des couplets en vers improvisés pour commenter la conduite des autres enfants et les conséquences de leurs actes. Par comparaison, Charlie est montré comme l’enfant parfait, humble, gentil. Roald Dahl donne une suite en à cette aventure en 1972 avec « Charlie et le grand ascenseur de verre ». A découvrir d’urgence !

 Vous pouvez aussi découvrir :

 

 

1961 « James et la grosse pêche »

 

1977 « L’enfant qui parlait aux animaux »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gilles barba - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :