Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 08:18

Il y a bien longtemps que je n’étais pas allé au cinéma pour voir autre chose qu’un dessin animé. Je suis resté longtemps devant la façade à regarder les affiches sans réussir à me décider. Je ne savais rien des films à l’affiche. J’ai finalement pris une place pour « La chambre des morts » d’Alfred Lot, un parfait inconnu, comme sa distribution d’ailleurs. L’instinct ne m’a pas trompé. Pas de quoi crier au génie mais voilà un thriller, à la française : une fresque sociale du Nord, un tueur en série psychopathe et une une twist ending. Dans le jargon cinématographique c'est une fin inattendue, un retournement de situation qui remet en question toute l'histoire d'un film.

Synopsis : en pleine nuit, au milieu d'un champ d'éoliennes, deux informaticiens au chômage renversent un homme surgi de nulle part. A ses côtés, un sac rempli de billets : deux millions d'euros, là, à portée de main et aucun témoin. Que faire ? Appeler la police ou profiter de l'occasion ?

Le lendemain, dans un entrepôt à quelques mètres des lieux de l'accident, la police retrouve le corps de Mélodie, une fillette aveugle. Et si l'argent était destiné à payer sa rançon ? L'assassin a-t-il vu les chauffards ?

Le soir même, une autre enfant est kidnappée. Diabétique cette fois. Ses heures sont comptées. A l'hôtel de police de Dunkerque, le compte à rebours est lancé. Aux côtés du lieutenant Moreno, un collègue très prévenant, Lucie, une jeune brigadier de 26 ans, participe à sa première enquête.

Et curieusement, au sein du groupe crime, on a vite le sentiment que Lucie n'est pas là par hasard...

Et puis voilà que mercredi dernier un usager me ramène le livre qu’il avait emprunté. Evidemment je me suis jeté dessus. On dirait que le roman avait été écrit pour être porté à l’écran. Un rythme alerte et soutenu, séquencé voir syncopé avec des chapitres de deux à trois pages et une montée dans l’horreur. Différence notable avec le film et c’est ce qui fait la différence avec l’écriture c’est la consistance des protagonistes. On pénètre aussi bien la psychologie des victimes, du tueur psychopathe et des enquêteurs sans entrer pour autant dans une description clinique. On a désormais suffisamment d’histoire de sérial killer en tête pour ne plus avoir besoin de disséquer les personnalité mais se satisfaire de personnalité à peine brossée mais qui renvoie à plein d’univers. Il y a d’ailleurs ici quelque chose qui renvoie au « Silence des agneaux ». Pour finir, en ressortant de ce livre je me suis demandé si j’avais lu un roman policier ou un livre fantastique. On patauge ici dans l’irréel et la mise en scène de la folie nous fait perdre pied et remettre en cause la réalité de ce qu’on espère être qu’une fiction !

Partager cet article

Repost 0
Published by gilles barba - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Luna 26/08/2011 09:26



J'ai beaucoup apprécié ce livre : l'histoire est simple, horrible mais très prenante ! J'aime beaucoup la façon qu'à Thilliez de nous la raconter, simplement, sans prise de tête.
Une très bonne découverte, donc !

Comme tu aimes les thrillers, je me permets de te prévenir qu'un concours a lieu sur mon blog afin de faire découvrir à l'heureux gagnant Le hameau des Purs, nouveau thriller de Sonia Delzongle.
Peut-être l'occasion de faire une jolie découverte ? ;)



Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :