Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 08:26


9h30, rendez-vous salle du Foyer Rural au Bellay. Les bénévoles ont collecté des kilos de livres pour constituer le fond d’une bibliothèque de prêt. Les livres sont estampillés « Ecole Jacques Effroy » et numérotés sur une pastille de couleur rouge, jaune, verte... Certains sont même couverts.

Le projet a malheureusement capoté, le nouveau directeur d’école ne souhaite pas s’encombrer d’une bibliothèque. Du coup, les livres dorment dans des cartons. Elisabeth nous propose de les importer à Nucourt.

Evidemment ça nous intéresse, mais pas tout ! Je sais d’avance qu’on va y trouver des romans et des documents qui datent un peu et des romans passés de mode qu’on a déjà évacué au fil du temps. Il y aura toujours des nouveautés et des curiosités.

Pendant deux heures je farfouille cette pyramide de cartons et j’extrais quelques bouquins que vous retrouverez bientôt sur les linéaires.

A tout seigneur, tout honneur : J.M.G Le Clézio fraîchement auréolé du prix Nobel de littérature. Son roman « Le désert » sera le premier à faire son entrée en bibliothèque, j’aurai l’occasion d’en trouver d’autres…

La toute jeune Lalla a pour ancêtres les « hommes bleus », guerriers du désert saharien. Elle vit dans un bidonville, mais ne peut les oublier. La puissance de la nature et des légendes, son amour pour le Hartani, un jeune berger muet, une évasion manquée vers « leur » désert, l'exil à Marseille, tout cela ne peut que durcir son âme lumineuse. Lalla a beau travailler dans un hôtel de passe, être enceinte, devenir une cover-girl célèbre, rien n'éteint sa foi religieuse et sa passion du désert.

Autre prix Nobel de littérature : Alexandre Soljenitsyne et « Une journée d’Ivan Denissovitch ». L’auteur s’est éteint cet été. Evidemment on a beaucoup parlé de lui dans les média. J’ai surtout retenu des éloges funèbres que l’auteur vieillissant avait un peu compromis son image de dissident en se rapprochant un peu trop de Vladimir Poutine et en portant un discours un peu trop nationaliste au goût des … libéraux. En tout cas voici le livre qui a fait chuter l’empire soviétique dit-on. C’est le deuxième exemplaire qu’on nous offre en moins d’une semaine, alors si vous êtes nombreux à vouloir le lire, pas de soucis !

Né en 1918, il est soldat pendant la Seconde Guerre mondiale. Il passe dès 1945, 8 ans dans un camp de travail pour une correspondance contestataire. En 1956 il enseigne les sciences physiques, mais la publication en 1962, d'Une journée d'Ivan Denissovitch lui assure une renommée mondiale.

Ce roman est à la fois envisagé comme un outil de compréhension du Goulag et comme une dénonciation de celui-ci. Cette réflexion, entre littérature et Histoire peut être utile autant pour l'étude de l'URSS stalinienne, que pour celle de la littérature concentrationnaire

Devenu un symbole de la dissidence, il est chassé par le régime et s'exile en Suisse puis aux États-Unis pour continuer son œuvre littéraire. Pour celle-ci, dont la place centrale est laissée au goulag il reçoit le prix Nobel de littérature en 1970.


Joseph Kessel

Les lecteurs des Echos ont eu l’occasion de découvrir les célébrités littéraires qui fréquentèrent le Val d’Oise. Kessel, lui, s’était installé à Avernes en 1961. De retour avec sa femme d’un voyage en Afghanistan, ils recherchaient une maison en dehors de Paris, autant par amour de la campagne que pour éloigner Michèle Kessel des cafés parisiens. C’est là, dans sa maison, rue du ruisseau, que l’écrivain-voyageur se retirera souvent pour composer, pendant cinq ans, Les Cavaliers, qu’il entreprendra Les Temps sauvages et d’autres écrits. C’est là qu’il décède le 23 juillet 1979 d’une rupture d’anévrisme. Pas la peine de faire le tour du cimetière car c’est enterré au cimetière Montparnasse à Paris qu’il a été inhumé.

Kessel a situé en Afghanistan une des aventures les plus belles et les plus féroces qu'il nous ait contées.

Les personnages atteignent une dimension épique : Ouroz et sa longue marche au bout de l'enfer. Le grand Toursène fidèle à sa légende de tchopendoz toujours victorieux. Mokkhi, le bon sait, au destin inversé par la haine et la découverte de la femme. Zéré qui dans l'humiliation efface les souillures d'une misère qui date de l'origine des temps. Et puis l'inoubliable Guardi Guedj, le conteur centenaire à qui son peuple a donné le plus beau des noms : " Aïeul de tout le monde ".

Enfin, Jehol " le Cheval Fou ", dont la présence tutélaire et " humaine " plane sur cette chanson de geste. Ils sont de chair les héros des Cavaliers, avec leurs sentiments abrupts et primitifs. Et pourtant le souffle de la fable et du mythe les anime et nourrit le roman.

 

Coluche – Pensées et anecdotes

A feuilleter d’urgence comme antidote à l’actualité sociale et économique.

Coluche est aussi à l’affiche sous les traits de François Xavier Demaison dans un film biographique d’Antoine de Caunes.

 

Franz-Olivier Giesbert – L’affreux

FOG – journaliste, animateur télé sur France 5 et néanmoins directeur du Point, c’est le challenger émérite de Christophe Barbier qui préside, lui, aux destinée de L’express. Les deux hommes ne s’aiment guère, je crois, mais font des coudes sur le petit écran pour commenter l’actualité politique et surtout promouvoir et consolider l’image de marque de leurs hebdos respectifs. L’affreux est un roman qui lui valut le grand prix de l’Académie Française en 1982.
A Argenteuil, dans la famille où sa mère l'a placé, on l'appelle " l'affreux " car il ne peut s'empêcher, sans cesse, de dire des " affreusetés ". De plus, il n'est pas très beau. Mais à cet affreux, qui se prénomme Aristide, il reste la ressource du charme, de la dérision ou de l'humour pour plaire à des jeunes filles comme Nathalie, ou à des femmes comme Madame Bergson... Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, ce curieux personnage - une sorte de bâtard à la Mark Twain, un peu arabe, un peu zonard - sera condamné à fuir, et ce roman raconte avec drôlerie l'histoire picaresque de sa galère à travers la France. Au passage, Aristide en tire une philosophie très personnelle: " Si les gens croyaient en Dieu, dit-il ainsi, ils seraient moins méchants. Je me demande s'il ne faudrait pas leur envoyer une nouvelle fois Jésus-Christ pour les convaincre. Mais il ne voudra jamais revenir... "Tel est Aristide : comique, cosmique, malin et moraliste.

 

Dans la série des documents cocasses qui titillent toujours la curiosité, quelques titres de la très célèbre collection « L’aventure mystérieuse » aux éditions J’ai lu, collection qui fit fureur dans les années 70 auprès de tous les passionnés d’énigmes historiques, d’ésotérisme et d’occultisme :
- Le secret de la grande pyramide et la malédiction des pharaons

- Les o.v.n.i, le triangle des Bermudes

- Les mondes oubliés, les trésors du monde, l’Atlantide, l’île de Pâques

- Les animaux humains, la bête du Gévaudan


La poésie n’est pas très à l’honneur en bibliothèque. On ne doit pas avoir plus d’une vingtaine de recueils à Nucourt.

- La poésie lyrique médiévale au nord de la France

- Lamartine - Méditations

- Baudelaire - Petits poèmes en prose (le spleen à Paris)

 

Le thème de la shoah constitue un ensemble 5 ou 6 documents. Est-ce le don d’une ou plusieurs personnes ? Hasard de la programmation, une adaptation du Journal d’Anne Franck vient d’être diffusée sur France 2 suivi d’une enquête sur le destin de la famille Franck et sur l’un des livres les plus lu au monde. Personnellement je suis en train de lire « Le pianiste » de Wladyslaw Szpilman.

- Jean François Steiner – Treblinka

- Trudi Birger – La rage de survivre

- Béatrix de Toulouse-Lautrec – J’ai eu 20 ans à Ravensbrück

- Jean-François Chaigneau – Le dernier wagon

- Henri Amouroux – La vie des français sous l’occupation

Auxquels on peut ajouter, je n’ai pas percuté sur place :

- Martin Doerry – A tout de suite, les enfants

- Michel del Castillo – Tanguy

- Martin Grey – Au nom de tous les miens

 Romans du terroir

Christian Signol - la trilogie « La rivière espérance » et Trésors d’enfance

Pierre Bonte – Le bonheur était dans le pré

Michèle Perrein – Les cotonniers de Bassalane

Romans sur les chats

Et puis du vrac, pleins de romans divers et variés que vous retrouverez en bibliothèque une fois saisis sur informatique !! Ca prendra encore un peu de temps tout de même.


Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles BARBA - dans ARCHIVES LIVRES
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Retrouvez, Désormais, Le Club Lecture De Nucourt En Cliquant Sur L'adresse Ci-Dessous :